Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Internet, TIC et éducation

  • Potentiel pédagogique des wikis

    Les wikis sont nouveaux dans le contexte universitaire. (Quelques pratiques récentes de mise en œuvre sont présentées dans la section Exemples, et plusieurs lignes directrices pour l'utilisation des wikis sont proposées dans la section Outils d'évaluation). La pédagogie wiki est littéralement - et figurativement - "en devenir". Les wikis, de par leur existence ontologique, contournent les relations traditionnelles entre pouvoir et savoir. Ce que ces outils de démocratisation peuvent - ou ne peuvent pas - mettre en œuvre dans et à travers les contextes éducatifs reste à voir. Si les descriptions de leur mise en œuvre potentielle sont brèves, les questions qu'elles soulèvent sont complexes et difficiles.

    Les wikis permettent de construire des connaissances avec et pour les autres. L'accent est mis sur la communauté elle-même plutôt que sur l'apprenant individuel (Holmes, Tangney, FitzGibbon, Savage, & Mehan, 2004). Les implications du constructivisme communautaire pour le contexte universitaire sont particulièrement importantes. Pour reprendre les termes de Holmes et al (2001), "Ce que nous défendons, c'est un constructivisme communautaire où les étudiants et les enseignants ne sont pas simplement engagés dans le développement de leurs propres informations, mais activement impliqués dans la création de connaissances qui bénéficieront aux autres étudiants. Dans ce modèle, les étudiants ne se contentent pas de passer à travers un cours comme l'eau à travers un tamis, mais laissent leur propre empreinte dans le développement du cours, de leur école ou université, et idéalement de la discipline."

  • Présentation du projet européen "Green Learning Network"

    – créer un réseau de réseaux dans les domaines de l’agriculture, de la biodiversité et de l’éducation
    rurale (ABR).
    – mettre à disposition d’acteurs du secteur ABR via une plate-forme un ensemble de ressources : des ressources éducatives libres,
    des bonnes pratiques, des scénarios pédagogiques et des études de cas en s' appuyant sur une approche d’investigation des sciences
    (diagnostic de problèmes, échanges, débat, recherche d’informations …). Il s'agit de favoriser un apprentissage
    actif, collaboratif en proposant notamment des études de cas pertinentes pour répondre aux attentes
    des apprenants.
    Un réseau composé d’apprenants, d''éducateurs', de professionnels de l’agriculture, d'institutions, d'
    usagers de la formation tout au long de la vie, d'ONG, d'experts en REL (Ressources Educatives Libres) et en ABR (agriculture, biodiversité,
    éducation rurale)

  • Petit lexique de la domotique

    Maison intelligente, objets connectés, pilotage centralisé, interscénarios : ces expressions phares, utilisées à tout-va, sont devenues familières dans l’univers de la domotique. Mais concrètement, que signifient-elles ? Et qu’est-ce que vraiment la domotique ?

    chauffage intelligent maison.JPG

    Cette question, vous vous l’êtes surement déjà posée une fois. Alors pour vous aider à y voir plus clair, nous vous avons concocté un petit lexique simple et concis qui vous aidera à mieux comprendre l’univers singulier de la domotique. Une petite feuille de route à garder à l’esprit tout au long de votre lecture sur le blog, ou ailleurs. Focus.

    - Domotique. Le saviez-vous ? Le mot « domotique » est la contraction des mots domus, maison en latin, et automatique. Comprenez donc une maison automatisée. La domotique regroupe alors toutes les techniques et systèmes qui permettent l’automatisation de la maison : confort, sécurité et énergie. Le décor est planté.

    - Maison intelligente. Le terme maison intelligente se rapproche étroitement de la domotique, à une petite nuance près : elle serait capable d’anticiper nos désirs. Alors que la domotique nous permet d’actionner nos souhaits, la maison intelligente, elle, les devinerait. Elle serait alors en communication permanente avec notre cerveau. Nous n’y sommes pas encore mais tout est une question de temps et d’innovation : un artisan rénovation Foix, Pamiers, Mirepoix, teste et utilise déjà les technologies de maison intelligente comme Somfy., Evohome Security de Honeywell, ou les Objets connectés Thomson...

    - Objets connectés. Ou Internet des objets, sont parmi nous…et ils ne cessent de se multiplier. On entend par objets connectés les Smartphones, les ordinateurs, les GPS et tous ces petits objets tantôt pratiques, tantôt gadgets qui communiquent avec un autre objet. On parle alors d’objets communicants. Exemples : les Google Glass, le bracelet connecté pour maitriser son poids ou encore, la serrure connectée ! On n’arrête pas le progrès.

    - Interscénarios. Chez Legrand, l’interscénario domotique, disponible sur la gamme Céliane, permet de créer des programmes adaptés à votre mode de vie. Depuis l’écran tactile central, vous composez et lancez vos scénarios. Par exemple, pour un scénario « Je me lève le matin », vous programmez à 7h : l’ouverture des volets, l’allumage de la lampe de chevet des enfants, le convecteur de la salle de bain et l’allumage de la prise commandée de la cafetière. Tout est sous contrôle.

    A bientôt pour un nouveau décryptage 100% domotique.

  • Petite histoire récente du fond d’écran animé

    Faut-il rappeler que l’arrivée de Dreamscene ne correspond en rien avec la naissance du fond d’écran animé ? Chez Microsoft, de Windows 95 jusqu’à XP compris, le système Active Desktop permettait d’installer une page HTML, porteuse par exemple d’un Gif animé ou encore d’une animation Flash, en guise de fond d’écran… On trouve depuis de nombreuses années, ici ou là, diverses offres de fonds d’écran animés, allant de l’astronomique au kitsch absolu (Earthdesk de Xeric Design ; Elefun Desktops, Freeze…).

    Sur Mac [lien mort], il semble qu’il soit également possible de mettre des vidéos en fond d’écran, ainsi que sur Linux. Mais mon impression est que ces choses-là tendent à être peu connues ou à tomber facilement dans l’oubli. Ça ne semble pas ou plus intéresser grand monde. Parmi les causes possibles, il faut rappeler que dans bien des cas les fonds d’écran animés pouvaient poser quelques difficultés.

  • Pour ou contre le fond d’écran animé ?

    Que faire de l’extra Dreamscene, si vous n’avez que faire des animations dynamiques et des options de signature que permettent le format Dream ?

    A priori, peu de choses. Il reste surtout à s’interroger sur le principe même du fond d’écran animé. C’est là peut-être la cause principale du peu de cas qu’on fait aujourd’hui des offres de fonds d’écran animés qui existaient avant Dreamscene. C’est aussi ce qui me fait trouver cet extra assez curieux. Personnellement, je peine à trouver un réel intérêt pour l’utilisateur, si ce n’est un intérêt ludique ou une occasion de frimer très temporairement.

    dreamscene.jpg

    Je me suis d’abord dit que si les éléments du bureau non sollicités sont souvent à peu près statiques, un fond d’écran animé peut contribuer à détecter ces éléments fixes plus facilement. Mais il est bien connu que dans un environnement statique notre œil est attiré par ce qui bouge. Un fond d’écran animé représente donc avant tout une source de distraction, de perturbation, autant sinon plus qu’il constitue un fond paradoxal. C’est même presque une source de malaise. En juillet 2007, un geek américain apparemment connu et écouté, Chris Pirillo, déclarait en vidéo avoir désactivé Dreamscene à chaque fois qu’il l’avait essayé, au bout de seulement cinq ou dix minutes. Trop perturbant. Plus récemment un linuxien nommé Lantesh avouait ne tenir quant à lui que 30 secondes devant un fond d’écran animé ; au-delà, c’est le mal de crâne assuré.

    D’après les vidéos que j’ai pu visionner, les fonds d’écran Dreamscene les plus supportables me semblent être ceux qui proposent une animation lente ou très localisée, en plan fixe. Il faut au moins un point d’ancrage, ou alors il faut vraiment que ça évolue très lentement. L’exemple typique du fond d’écran animé supportable est le paysage dont seuls les clapotis de la surface d’une étendue d’eau bougeraient ; ou bien, très localement, une petite cascade. Mais ces fonds-là me rappellent ces petites fontaines éclairées et animées que l’on rencontre dans le décor de certains restaurants asiatiques. Là encore c’est amusant ponctuellement, durant la consommation d’un menu H ou n°23, sans plus.

    C’est drôle : il faudrait trouver une animation à peu près à l’opposé de ce qui se fait aujourd’hui dans la pub ou à Hollywood, où tout bouge presque tout le temps, où capter notre attention est un enjeu de tous les instants. Il me semble difficile d’utiliser durablement la bande-annonce du jeu vidéo Halo 3 en guise de fond d’écran, par exemple.

    Bref, vous l’aurez compris : sans exclure cette possibilité, la mise à disposition de fonds d’écran animés ne devrait pas faire partie de mes priorités. Il me reste encore à être directement confronté à Dreamscene, mais a priori je ne pense pas que je changerai d’avis : d’une manière générale une image fixe bien choisie reste un fond d’écran éminemment préférable à une animation. Si le nec plus ultra du fond d’écran animé est un fond qui bouge le moins possible, pourquoi ne pas se contenter d’une image fixe ?

  • Applications insolites pour smartphones - suite

    SMS Bomber

    Vous allez pouvoir enfin envoyer des centaines de messages à un destinataire pour l'embêter. Vous allez pouvoir, mais à condition de passer du côté obscur pour la version iOS car il vous faudra Cydia installer. Vous pourrez alors spammer vos amis avec le nombre de messages que vous voulez ! Si vous souhaitez tester, je vous propose un petit tutoriel pour les utilisateurs d'iOS.

    Quant à toi, petit utilisateur Android, il existe l'équivalent et je l'ai testé rien que pour vous sur une victime . Elle a reçu 100 messages, le même, et je ne sais pas si elle a apprécié mais l'application est très simple à utiliser car vous rentrez un numéro de téléphone, le nombre de message, la fréquence d'envois et le message à envoyer. Il ne reste plus qu'à appuyer sur "Send" et voilà. Le tour est joué !

    Cependant, vous devrez vous débrouiller pour trouver l'apk sur internet car elle n'est plus disponible sur l'Android Market.